25/02/2008

On s'en rend ENFIN compte...

Depuis le temps que certains tirent la sonnette d'alarme... certaines consciences s'éveillent! On nous a pris pour des empêcheurs de tourner en rond, des e----deurs! Le résultat est pourtant bien visible depuis un temps certain. On confond droit et respect, on oublie les devoirs, on est copains et pas parents ni enseignants. Il est grand temps que chacun retrouve ses marques et sa place!

Si des parents n'en sortent plus avec un enfant, que dire d'un enseignant qui a plus d'un cas à gérer et qui voit son autorité saquée parce que ces mêmes parents s'offusquent de l'autorité (je ne dis pas autoritarisme) de certains enseignants, ceux qui veulent encore inculquer le sens du devoir et de l'effort et surtout du respect en général.Et parce que ces enseignants sont parfois "harcelés" par une direction qui tient à garder son quota d'élèves (on ne fait pas file devant toutes les écoles, loin de là), ils se taisent, encaissent... et finissent par craquer. Pourtant, "quantité", bien qu'elle rime avec "qualité", ne vont pas souvent de pair!

Certains parents relèguent leur rôle d'éducation aux enseignants, mais paradoxalement ne supportent pas que l'enseignant "éduque" les enfants. Je rappelle que le rôle premier de l'enseignant est "d'instruire"... mais on a remplacé le terme "Instruction Publique" par "Education Nationale". Comment s'étonner dès lors qu'il nous est difficile de boucler un programme, que nos élèves n'atteignent pas le "niveau" requis... on ajoute au programme des cours sur l'alimentation, la protection et le respect de l'environnement, la tolérence, l'hygiène de vie.... et j'en passe! Nos horaires ne sont pas élastiques, que reste-t-il donc pour ENSEIGNER les matières de base??? peut-être faudrait-il allonger les études primaires d'un an ou deux pour arriver au même résultat qu'il y a 20 ans...

En attendant, je vous propose l'extrait du JT du 20 février, tourné à Liège. Mais ne rêvons pas, ceci n'est pas une exception, cela se passe partout...A méditer!

http://skynet.rtbf.be/index.html?page=reportages&pq=h...

08:45 Écrit par anne dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Constat et touche "repeat" usée Constats chiffrés et ces quelques réflexions…


Publié dans Soir en ligne ce vendredi 25 avril 2008
Titre : LA VIOLENCE A L’ECOLE AUGMENTE.
La violence à l’école augmente. C’est ce qui ressort de statistiques de la police fédérale, relayées dans le journal télévisé de VTM. En un an de temps, la police a rédigé 15 % de PV en plus pour des jeunes qui s’étaient comportés de manière agressive. Tant la violence à l’école que la criminalité totale augmentent. La police a constaté un peu plus d’un demi-million de méfaits l’an dernier. Durant le premier semestre de l’année 2007, la police a rédigé un peu plus de 3.500 PV pour violences à l’école. Un an auparavant, ce chiffre s’élevait à 3.000, soit 15 p % de moins.

Publié dans Soir en ligne ce vendredi 25 avril 2008
Titre : Contre l’arriéré judiciaire, permettre la modernité
Devant la cour d’appel de Bruxelles, les audiences civiles sont actuellement fixées à 2011. Compte tenu de la procédure en première instance, l’on peut estimer que la résolution d’un litige, parfois banal, est de l’ordre de sept ans ! La cour de Strasbourg est fondée à s’en indigner. Même si elle oublie que ses propres arrêts sont, eux aussi, affectés de délais de traitement parfois très longs. Le ver serait-il donc dans la pomme Justice ? Sans doute. L’inflation légistique, le formalisme parfois suranné de la procédure, la nonchalance de certains avocats et magistrats, la tolérance à l’égard des recours manifestement infondés : tout cela concourt à freiner la résolution de litiges qui, par effet pervers, ne peuvent plus être supportés, en matière civile en tout cas, que par ceux qui peuvent en assumer le financement.
L’arriéré judiciaire, c’est l’Arlésienne des gouvernements depuis des décennies. Jo Vandeurzen (CD&V), le nouveau ministre de la Justice, croit trouver dans l’informatique (Cheops) le remède magique ; Laurette Onkelinx (PS) voulut obliger les magistrats à statuer dans des délais fixés ; Melchior Wathelet (CDH) imagina en 1992 d’éradiquer les fols appels : tout cela n’a mené et ne mènera à rien. Les Codes fourmillent de freins légaux, sédiments accumulés par les législateurs, à l’aboutissement juste et rapide des procès. C’est peut-être là que le fer devrait être porté pour accélérer le cours de la Justice, tout en la maintenant juste : lui permettre la modernité en simplifiant son langage, en réduisant son formalisme, en dépouillant ses Codes de ce qui la surcharge inutilement.
Marc Metdepenningen.


Faut-il s’en étonner ? Je ne le pense pas. La touche « Repeat » est usée. Faut-il se rassembler et se révolter ? C’est trop tôt, il n’y a pas de signe avant-coureurs qui laisse supposer une telle action. Mais y penser, très fort, maintenant…
Claude Leroy.

Écrit par : Claude Leroy | 27/04/2008

Les commentaires sont fermés.