02/09/2009

MONDE DE FOUS... MONDE DE CONS.

J'ai lu pendant les vacances "Morts aux cons" de Carl Aderhold. Ce qui m'a amené à me poser la question: qu'est-ce qu'un con? Le mot est régulièrement utilisé dans notre vocabulaire dans un sens très large. Définition du dictionnaire:"adj.nom fam. stupide, idiot; regrettable". Si l'on se réfère uniquement à cette définition, chacun de nous est régulièrement con. Un exemple: Ne tenant pas l'alcool, je me suis laissée tentée par un "Mojito" et bien mal m'en a pris! Je ne tenais plus sur mes jambes, j'étais malade... Mon fils (qui a joué BOB) et ses copains ont dû me soutenir et m'installer dans ma voiture... LA HONTE!!! Je me suis traitée de conne! Il arrive à chacun d'entre-nous, par distraction, mauvaise manipulation, oubli... de se traiter de con.

Résumé du livre: " Contrairement à l'idée répandue, les cons ne sont pas réformables. Une seule chose peut les amener non pas à changer, mais du moins à se tenir tranquilles: la peur. Je veux qu'ils sachent que le temps de l'impunité est révolu. Je compte à mon actif cent quarante meutres de cons (pas moi, le héros du livre... je vous rassure!).Afin qu'ils ne soient pas morts pour rien, je vous enjoins à lire ce manifeste. Il explique le sens véritable de mon combat."  Qui n'a jamais rêvé de tuer son voisin le dimanche matin quand il vous réveille à coup de perceuse? Ou d'envoyer dans le décor l'automobiliste qui vous serre de trop près? (Heureusement pour la plupart d'entre-nous cela reste un fantasme!) Mais passé les premiers meutres d'humeur qui le débarrassent des cons de son entourage, le héros prend peu à peu conscience de l'ampleur de sa mission. En effet, si on devait supprimer toutes les personnes responsables d'actes inciviques, il ne resterait plus grand monde!!!

Mort aux cons

Doit-on, dès lors se référer à cette définition? Un autre passage du livre correspond mieux à ma définition du CON: " Le con est celui qui abuse de son pouvoir, qu'il soit petit ou grand. A la base, la connerie est toujours une histoire de pouvoir.  Ce que j'avais pris pour un moyen de repérage (l'uniforme) n'était qu'une résultante, une une concrétisation d'un état (l'autorité), mais les deux n'étaient pas forcément liés: à preuve, certains métiers en uniforme ne recèlent aucun pouvoir (pompier, voirie). A l'inverse, des gens sans uniforme peuvent en posséder un très grand et l'utiliser à mauvais escient.  Par pouvoir, il faut entendre toute situation de domination, qu'elle soit réelle ou simplement psychologique, qu'elle soit concrète ou juste symbolique, voire métaphorique....  Ainsi Jean et Laurence avaient abusé de leur pouvoir pour nous amener à adopter le même genre de vie qu'eux. J'entrepris aussitôt de vérifier la validité de ma nouvelle hypothèse. Pour qui sait regarder, je veux dire pour qui porte son attention sur ce genre de situation - l'abus de pouvoir et j'ajoute que ce sont souvent des incompétents et irresponsables -, l'expérience est édifiante, voire effrayante. Tenez, prenons l'exemple d'un serveur de restaurant. Vous riez? Il apourtant le pouvoir, un minuscule, je vous l'accorde, mais néanmoins bien réel: celui de prendre votre commande, plus ou moins vite, selon que votre tête lui revient ou pas. Il n'est pas jusqu'à sa façon de vous demander ce que vous boirez qui ne vienne vous le rappeler. Une bouteille et vous serez bien servi, une carafe d'eau et vous devrez lui courir après le reste du repas. Je sais de quoi je parle. Je ne compte plus les fois où, délibérément, il s'occupe des gens de la table d'à côté, alors qu'ils sont arrivés bien après moi. Sans oublier la façon dont il s'arrange pour ne pas croiser mon regard ou faire semblant de ne pas voir mes appels.   Remarque: Vous pensez sans doute qu'en fait, ma toute nouvelle aptitude à les débusquer, mon attention désormais aiguisée, m'amenait à voir des cons partout. La réalité est tout autre. Je fais partie des ces gens qui en raison de leur gentillesse ou de leur timidité, ou bien encore de leur apparente différence, attirent à eux les cons aussi sûrement que l'aimant la limaille. Je suis un véritable attrape-cons. Avec moi, ils trouvent un terrain privilégié pour afficher leur assurance et conforter leur sentiment de supériorité....  (Pages 195-196)

Que dire alors de ces petits chefs des différentes administrations???

 

PS: je ne suis pas encore prête à vous communiquer les derniers épisodes en date des "Mésaventures de Anne", car tout s'est précipité, les dysfonctionnements et abérrations continuent, le combat aussi... bien que, j'ai bien failli baisser les bras, en tout cas pour moi. 

14:04 Écrit par anne dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Bonjour, Bon dimanche,de passage sur ton blog,je te fais un coucou,et en réponse à ce que tu dis très bien va voir sur babouchka,il y a une histoire qui va très bien avec ton article(qui devrait être chef?).A+ framboisine.

Écrit par : astakoff marie-rose | 13/09/2009

Les commentaires sont fermés.