11/01/2010

ATELIERS GRAPHISME 2ème primaire

Copie de DSC00451

Dans un article précédent (Nuls en écriture et en lecture), je commentais un article paru dans le « Télémoustique » du 03-09-2008.

Ayant repris le chemin de l’école à temps partiel et pour une petite partie des heures en remédiation, je confirme bien que la majorité des élèves dont je m’occupe en 2ème année ne savent pas ce qu’est une majuscule, et ont une écriture épouvantable. Evidemment, on ne prend plus le temps d’apprendre la formation des lettres… il y a d’autres priorités et bien souvent, ce genre de leçon passe aux « oubliettes ». Les enseignants s’en rendent bien compte.

On ne connaît plus le cahier à trois lignes, on ne peut plus faire de dictées, m’dame !!!

Nous avons donc, les titulaires et moi opté pour un cours de graphisme.

Elles prennent les élèves selon leur difficulté du moment et je réapprends aux enfants à écrire.

Ayant constaté qu’effacer les mauvaises habitudes est la première étape à franchir, que les enfants trouvent fastidieux d’écrire, j’ai commencé par intégrer le graphisme dans l’art pour les réconcilier avec le soin, la précision , la motricité fine et le plaisir d’écrire.

Je suis agréablement surprise des résultats, de l'enthousiasme... même s'il a fallu plus de patience, d'insistance, d'encouragements pour certains. Les traits hésitants du départ sont de plus en plus nets et précis.

Leurs travaux sont exposés et après avoir utilisé différents outils et supports, nous utiliserons bientôt la "bonne vieille plume et l'encrier", les supports à trois lignes... n'en déplaise à la hierarchie et aux "experts"!

Et croyez-moi, ce n'est pas du "temps perdu", les enfants apprennent aussi à gérer l'espace.

Même si cela me prend beaucoup de temps pour les préparations, de réflexion et d'imagination; si je transporte beaucoup de matériel et en crée, ma récompense est bien là, dans l'accueil des enfants des ces 2 classes (je ne me sens pas aussi bien dans une autre classe ou école où j'ai été parachutée! Mais ceci fera l'objet d'un autre article). Je précise qu'aucun budget n'a été prévu pour moi et qu'encore une fois ce sont mes deniers qui y passent. Qu'à cela ne tienne, ce sera ma contribution, je refuserai donc de participer aux diverses fêtes destinées à remplir les caisses!


DSC00447

 

DSC00448

 

Copie (2) de DSC00446

 

DSC00449

 

DSC00450

 

Copie (2) de DSC00451

 

En musique 

DSC00452

 

DSC00453

 

Monsieur A

DSC00506

 

Lapin B

DSC00507

 

La famille A

DSC00509

18:36 Écrit par anne dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Ah, comme ça fait du bien! Merci pour cette initiative. Cela ne leur apprend pas seulement l'espace, mais aussi le temps de le faire. Je me réjouis que les élèves y trouvent plaisir, ingrédient indispensable de tout apprentissage vrai.
Je pense depuis longtemps que les enfants d'aujourd'hui sont comme des paniers percés : ils oublient. S'ils oublient c'est qu'il n'ont pas en eux un contenant étanche. Trop pressés,dans les deux sens du terme, nous comme eux, ils n'ont pas en eux ce qui permet de digérer et d'intégrer ni l'orthographe, bien sûr, ni les informations, à commencer par les énoncés, ce qui inquiète de plus en plus les professeurs d'université, mais aussi les pédagogues confrontés à des passages à l'actes de plus en plus nombreux de la part d'adolescents, simplement parce que n'ayant pas compris, ils se sentent agressés.
Je ne peux que vous encourager à persévérer et convaincre ainsi par l'expérience ceux qui doutent encore de la nécessité d'apporter d'abord aux enfants des structures, pour ensuite seulement les remplir de connaissances et de compétences.

Écrit par : Docteur Dossin Paul | 12/01/2010

Je préfère et de loin consolider des fondations, (qui, par manque de temps dû aux tâches qui incomberaient aux parents), tant qu'il en est encore temps,cela permettra d'avancer sereinement, plutôt que de gérer des enfants insolents (et qui n'en sont pas conscients). Une maison sans bonnes fondations s'effondre... quant au préfabriqué, j'ai un doute quant à sa solidité dans le temps. A chacun son rythme nous répète-t-on, mais on ne peut plus doubler et on construit des murs de plus en plus fragilisés. On bourre les crânes de matières qui ne seront évidemment pas assimilées car les bases, elles, ne le sont pas!

Écrit par : Anne | 12/01/2010

Les commentaires sont fermés.