08/02/2010

NOUS NE SOMMES PAS "TU"...

copains

Depuis quelques années, je constate que les élèves, voire même les parents "tutoient" les enseignants (Il y a une expression "se faire tutoyer".... vous connaissez?). Le "VOUS" forme polie disparaît en même temps que le respect et l'autorité. Dès lors, comment s'étonner des problèmes d'autorité, de respect... Nous ne sommes ni leurs parents, ni leur copain, mais leurs enseignants. En faisant la remarque dernièrement à une jeune collègue interpelée par son prénom et tutoyée par un élève, celle-ci, avec un air résigné, me répond qu'on ne sait rien y faire, que depuis la maternelle c'est comme ça... et qu'il est dès lors difficile de changer les habitudes! Les enfants ne se rendent même plus compte de leur insolence... "tu me fais chier", "rien à foutre de ce que tu demandes"... sont monnaie courante! Et le pire, c'est le laxisme, la banalité des faits. Un élève puni pour insolence... un coup de fil des parents à la direction...la punition est levée (clientélisme!). Ca ne vous rappelle rien? "Tolérance zéro" dont on nous parle dans les médias... La dérive est-elle une conséquence de la disparition de la "forme polie"? Ca commence dans les écoles et ça finit dans la rue. Ca commence avec les enseignants et ça se termine avec les forces de l'ordre. Il paraît que les agressions sur un policier seront immédiatement et lourdement santionnées. Et les enseignants, et les autres??? Ils comptent pour du beurre? Question de "mesures"? 

 

les bonnes mesures

 

On pourrait faire le même constat pour les patients vis à vis de leur médecin.... et la liste n'est pas exhaustive. Remettons des "barrières".

barrière 2

 

Je le répète: A CHACUN SON RÔLE! Nous (et pas "tu") enseignons, les parents éduquent, veillent au bon déroulement de la scolarité de leurs enfants en s'assurant que le travail demandé soit fourni correctement, que l'enfant vient bien en classe avec le matériel indispensable (j'en ai marre de me charger d'un sac lourd d'une école à l'autre avec du matériel pour pallier au "je m'en foutisme" des parents... C'est décidé, je ne travaillerai plus qu'avec ceux qui ont le matériel de base!)

A chacun son matériel

 

Nous ne sommes pas responsables des manquements affectifs ou matériels... Nous sommes responsables de la matière à enseigner, de la compréhension de chacun; pas coupables du manque d'étude, de la fainéantise ou du laxisme... Nous avons, nous aussi, la responsabilité de NOTRE famille!

A chacun son rôle

12:22 Écrit par anne dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Mais tu demandes rien de moins que le retour à la normale! Tu te rends compte de l'énormité?

Écrit par : Ben | 10/02/2010

Quelle normalité? Juste le retour aux valeurs et au respect!... et des responsabilités de chacun... marre d'endosser les manquements... marre de me faire agresser verbalement ou physiquement... marre qu'on nous rende coupables des échecs...

Écrit par : Anne | 11/02/2010

J'ajoute Que j'ai du respect pour chacun, que je veille à la bonne compréhension de chacun, je ne lésine pas sur les efforts... mais le respect va dans les deux sens. Si on perd du temps à cause de matériel manquant...de non respect des horaires etc, c'est toute une classe qui est pénalisée pour le temps de cours auquel elle a DROIT! De même pour les retards réguliers et autres perturbations.
Aujourd'hui, je suis allée travailler (ma semaine était pourtant terminée), j'ai remplacé une collègue au pied levé.Je fais des copies pour les présents(certains sont déjà partis en vacances!). Un enfant arrive un quart d'heure en
retard, je refais des copies. A peine celles-ci terminées, un autre arrive...et rebelote... les cours auraient dû commencer depuis une demi heure, bon... entre temps, j'ai mis des exercices au tableau... ceci est de plus en plus monnaie courante! Doit-on s'y faire et puis être rendus responsables de la matière non vue? Devoir rendre des comptes aux parents, à l'inspection et se faire traiter de fainéants???

Écrit par : Anne | 12/02/2010

Le mal est malheureusement général! Comment donc se solidariser face ce mal lié à la pensée causale et la culpabilisation qui en résulte?
J'ai entendu pas plus tard ce matin que deux régentes s'étaient empoignées dans la salle des profs d'une "bonne" école de la région. Cris et larmes... que de bonne volonté perdue!
Chacun souffre! Est-ce honteux de parler de sa souffrance? Doit-on absolument se culpabiliser personnellement ou les uns les autres de tout ce qui nous tombe dessus, comme si chacun pouvait toujours mieux faire?
Il est urgent de sortir du discours des petits chefs qui partout préfèrent utiliser la psychologie pour surcharger les gens de terrain au lieu de se remettre en question et de leur offrir une structure protectrice, de plus en plus urgente. On voit cela partout; pensons aux chauffeurs de bus et aux accompagnateurs de train, et même pourquoi pas aux policiers, que les autorités politiques et judiciaires ne secondent pas. Les parents quant à eux sont déboussolés, terrorisés à l'idée de frustrer leurs enfants et en cela les traumatiser. Seigneur, quand nous débarrasseras-tu (débarrasserez-vous) de cette psychologie de comptoir de café qui stérilise tout le monde?

Écrit par : Docteur Dossin Paul | 15/02/2010

Les commentaires sont fermés.